Je ne fais pas de menu !

Non non et non je ne fais pas de menu 🙂

Aujourd’hui je change un peu avec un article différent de mes habitudes! On reste cependant en cuisine puisque l’on parle organisation !

J’ai vu passer pas mal d’articles ces derniers temps vantant les mérites des menus hebdomadaires alors je me suis dit que j’allais apporter ma pierre à l’édifice! Je voulais apporter mon point de vue et défendre la cause des sans menu 😁

Aucun jugement de valeur ici, chacun s’organise de la manière qui lui convient le mieux, mais je te donne cette piste à explorer si tu ne t’en sors pas dans la gestion des repas!

J’ai testé beaucoup d’organisations différentes pour ce qui est de la gestion des repas au quotidien. Je pense que je continuerai d’ailleurs à le faire, mais une chose est sûre moussaillon, je ne ferai plus de menu !

Je te donne ici les 5 raisons principales de ce choix !

  1.  LA CRÉATIVITÉ !

Je t’explique! Lorsque je préparais les menus en avance, j’étais comme toujours, pressée ! Je cherchais donc rapidement sur internet ou dans les livres des recettes rapides avec ce que j’avais dans le frigo! Pas de place pour la créativité donc car hop hop hop on se dépêche! J’ai malheureusement perdu beaucoup de ma créativité au fil des années et ne pas me plier à un menu m’aide énormément à la retrouver en cuisine.

Tu me diras « Oui, mais Lorraine, tu es bien gentille hein, mais moi quand les enfants ont faim, qu’il est 19h30 et que je n’ai rien préparé, je n’ai pas le temps d’être créative non plus»

Eh bien justement on réapprend à se détendre et à faire simple mais bon. On crée à partir de peu, mais on crée ! Je ne te parle pas de devenir le Philippe Etchebest de la cuisine végé chaque soir avec petite musique en arrière-plan hein, juste de prendre plaisir à créer de petits plats rapides sains et qui viennent de toi 🙂

Je te partagerais mes astuces pour éviter le stress en cuisine dans un prochain article !

Je prends toujours du temps et du plaisir à parcourir les idées recettes d’autres personnes, à m’en inspirer mais pas de manière systématique.

Une page blanche à écrire 🙂

2. Le gâchis alimentaire

Oui oui tu as bien lu. C’est l’un des avantages fréquemment cités par les personnes qui aiment faire des menus! Mais non je n’ai pas perdu la tête (je crois). Nous faisons, comme tu le sais peut-être, parti d’une AMAP. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, je l’expliquerai en détail dans un prochain article (que d’idées). Pour faire simple nous allons chercher tous les jeudis un panier de légumes fournis par un maraîcher local.

Or, on ne sait jamais à l’avance ce que notre panier va contenir (c’est un peu Noël toutes les semaines oui 👍). Improviser au fur et à mesure selon les légumes fournis et la vitesse à laquelle ils ont l’air de fatiguer dans le frigo nous évite pas mal de gaspillage. On utilise toujours le plus fatigué et s’ils sont tous prêts pour le marathon, je privilégie les plus fragiles (of course).

3. Les économies

Déjà tout simplement parce que qui dit moins de gaspillage dis plus d’économies ! Mais aussi parce que l’on est un peu «forcé» de faire avec ses placards !

Je me souviens bien de la période où je faisais des menus, nous achetions plus de choses, car dans chaque recette il fallait tel ou tel ingrédient, que comme par hasard nous n’avions pas, mais qui étais INDISPENSABLE (hum hum). Une fois tentée par une recette, aucune envie de la retirer parce qu’il me manque un ingrédient!

Mais le plus gros des économies vient du fait que, lorsque je faisais mon menu et bien nos envies de repas pouvaient varier et on se retrouver avec des repas dont nous n’avions plus envie. Nous finissions par commander indien toutes les semaines notre budget n’a pas supporté (même si leur curry vg et super et leurs beignets de légumes une tuerie c’est mal!).

Bref plus de menu = beaucoup d’économies ici, car nous suivons nos envies!

4 Le temps et l’adaptabilité !

Deux en un rien que ça ! C’est parce qu’ils sont liés qu’ils se partagent la vedette! En fait, oui c’est vrai, je gagne du temps. Peut-être parce que je suis plus zen aussi. Je ne cherche pas ma recette, le protocole etc. Selon le temps dont je dispose, je m’adapte. Je choisis des cuissons plus ou moins rapides par exemple. Si ma pamplemoussette n’est trop disposée à laisser maman, je privilégie les repas avec peu de manipulation, quitte à ce que la cuisson soit un peu plus longue. J’ai donc reappri à m’adapter à différents cas de figure, car vous le savez comme moi les journées se succèdent mais ne se ressemblent pas. Cette adaptabilité en cuisine m’aide à la développer dans d’autres circonstances également et me rend plus zen. Ce qui me mène au dernier point.

5. La zenatitude 😸

Je suis bien plus zen maintenant que je ne fais plus de menu.

En effet ici les journées ne se ressemblent pas, les degrés de fatigue varient, l’envie de cuisiner aussi!

Lorsque je faisais des menus, je me sentais stressée parce que la fatigue n’est pas toujours prévisible. Si je me retrouvais un soir avec un chéri fatigué de sa journée, un bébé pareil et une maman sur les rotules avec en plus LA recette de la semaine qui demande de la préparation que je ne peux pas zapper, car sinon les légumes vont se perdre je ne t’explique pas l’ambiance! Alors, je ne me mets plus dans ce genre de situation et j’improvise et prends plaisir à le faire. Je me sens plus détendue au moment d’aborder les repas de cette manière!

Juste pour toi un petit bonus !

6. Parce que de toute façon, je suis incapable de m’y tenir c’est comme ça !

Pour voir d’autres points de vue et d’autres systèmes d’organisation, tu peux par exemple aller faire un tour ici (Clémentine la mandarine, en plus d’avoir plusieurs articles sur le sujet, a deux témoignages super sur le sujet) ou ici 🙂 Tu y trouveras des pistes d’organisations différentes et même un exemple de menu de base à appliquer si tu le souhaites !

J’espère que ce nouveau type d’articles te plaira n’hésite pas à me dire ce que tu en penses dans les commentaires!

Et toi, es-tu menu addict ou comme moi préfères-tu improviser?

Spread the love


2 thoughts on “Je ne fais pas de menu !”

  • Je suis comme toi, incapable de me tenir à un menu, et pour autant j’ai besoin d’un cadre, en particulier pour éviter le gâchis comme tu l’ évoques. Du coup j’ai trouvé une solution entre le psycho rigide et l’impro totale 😉
    Je fais la liste des recettes que je veux réaliser à la semaine ou à la quinzaine, comme ça je n’achète que ce dont j’ai besoin, et selon l’envie eu moment je choisis le repas que je veux, et je ne me frustre pas avec une programmation non respectée !

    • Merci de ton retour 🙂 C’est pas mal si tu arrives à trouver ton bonheur de cette manière ! Nous j’avoue on se retrouvait toujours avec les légumes qui se perdaient et qu’on ne voulait pas manger. Sur le lien des échos vert que j’ai dans l’article je trouve pas mal le plan avec plusieurs « types » de plats! Ca permet d’improviser quand même avec une base 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *